LE STRAP'

Bouillon: un Vaudois chez les Dzos!

Ne le dites pas trop fort, mais Bouillon – de son vrai nom Denis Meylan – vient de fêter ses 72 ans. Né un 7 février 1947, les livres retiendront d’abord que ce jour-là le communiste Bolesław Bierut fut élu président de la République populaire de Pologne. Pas drôle. Une semaine auparavant, Mike Brant poussait son premier cri, une semaine plus tard le spectaculaire patineur britannique Jack Page tirait sa révérence. Denis ne pouvait que tomber dans la marmite du spectacle et de l’émotion. Il y avait une place à prendre !
A priori pas évident lorsque l’on voit le jour à L’Orient, dans la Vallée de Joux, d’un père horloger et d’une mère gymnaste. D’ailleurs, son premier souvenir d’enfance sera très local : «À L’Orient coule l’Orbe. L’été, on naviguait sur cette rivière avec nos radeaux. Et l’hiver, on allait y patiner. Et on passait au jus à tout moment, quelle que soit la saison…» Une hyper-activité qui allait accompagner le bonhomme toute sa vie (« Et pourtant je suis un peu fainéant »).
À 21 ans, c’est le déclic : il remporte le premier prix du concours radiophonique la Grande Chance, animé par Roland Jay. Puis il écrit et réalise divers spectacles de sketchs et de chansons, met en scène des compagnies d’amateurs et travaille notamment avec Barnabé à la Revue de Servion (1975-79). De 1979 à 1989, il propose en tournée à travers la Suisse romande divers spectacles en solo, développant principalement un comique de terroir: Quai de gare (1979), HLM (1985), Jours de la semaine(1983), Petit Paris (1988). Il participe aussi à diverses revues à Nyon, Le Mont, Thierrens, Payerne. En 1989, il ouvre l’Entracte, à Denezy, pinte-cabaret où se déroulent environ quarante-cinq soirées par an, avec parmi les invités Pierre Miserez, Michel Bühler ou encore Pascal Rinaldi. Jusqu’en 2008, nombreux seront les humoristes romands à y faire leurs premiers pas. Pour 1991, il écrit et met en scène L’Affaire de Thierrens, tiré d’un épisode de la Révolution vaudoise, spectacle en plein air réunissant cent cinquante figurants.
Alors oui, Bouillon est devenu humoriste, animateur, auteur et comédien, mais il a aussi été instituteur, prof de ski, gardien de piscine et de club alpin, footballeur de deuxième ligue, dirigeant de club, globe-trotteur, cafetier ou cabarettiste. De quoi faire de lui un des humoristes les plus atypiques de Suisse romande, un de ceux qui font l’Histoire. Fier de sa propre histoire aussi, Bouillon a été naguère la vedette de la Revue de Servion, chez Barnabé, et la star d’«Arrêt buffet» à la télévision.
Denis Meylan a traversé les générations en développant un comique de terroir qu’il continue de parfaire depuis les hauteurs de Grandvaux. À la retraite active, il anime encore à la carte des repas de proximité pour petits groupes, tient une chronique dans le journal « La Région » et est importateur de vins sardes. Enfin, Bouillon joue encore chaque année à la Revue de Thierrens, organisée par le football club, de fin novembre à début janvier. Le FC Thierrens, le club de son cœur, bien devant ses autres préférés : « J’aime bien l’OM, Liverpool, Manchester United, Bâle, Lorient, Guingamp…» Mais encore ? «Les vieux Sardou, qui me rappellent mon époque bohême.» Il tourne son regard vers ce Léman qui lui offre un panorama magnifique de sa terrasse, Bouillon redevient Meylan. Vous vous risquez à évoquer la tendance verte actuelle, il vous assène une des vérités dont il a le secret : «Je suis écolo dans l’âme et néanmoins allergique à la plupart des politiciens écologistes.» Là, ça ne rigole plus…

Au Strap’: vendredi 15 novembre 2019, samedi 16 novembre 2019