LE STRAP'

Guy Sansonnens, rescapé des seventies

Guy Sansonnens, tout le monde connait à Fribourg. Et pourtant le poète-musicien se fait rare. Il faut dire qu’à désormais plus de septante balais, l’ex-enseignant se fait plutôt rare sur des scènes… qu’il n’a jamais trop aimées. Surtout les grandes, les trop grandes. Car Sansonnens, c’est plutôt l’intime qui viendra jouer dans votre salon (il lui arrive d’ailleurs encore occasionnellement de se produire chez l’habitant), un cadre beaucoup plus en accord avec ses mots, chaleureux, sentimentaux, amoureux.
Sansonnens, c’était une sacrée découverte, il y a un demi-siècle, notamment grâce à ce qui fut “son” tube: “Les vieux oiseaux des Grand-Fontaines”. Un titre qui lui valut de remporter un cours de poésie en 1970 et de lui ouvrir quelques portes de salles très respectueuses. Une douzaine d’années plus tard, il décidait de raccrocher, un peu lassé par un milieu au sein duquel il avait de la peine à se reconnaître.
Mais quand vous avez le verbe -chantant dans la peau, ce ne pouvait être qu’un au revoir. Au milieu des années ’90, le voici de retour avec de nouvelles mélodies, de nouveaux textes, mais souvent une même thématique, sa thématique: l’Amour. Avec un grand A. Celui qu’il viendra essaimer au Strap’ pour une série de concerts durant lesquels il interprétera, à la demande, ses plus belles chansons. Pour certains, il s’agira peut-être d’une (re)découverte, car si la sensibilité du bonhomme a aussi évolué au fil des années, la qualité, elle, est toujours au rendez-vous…